De combien d’enquêtes dans les abattoirs avons-nous besoin avant d’ouvrir les yeux ?

Posté le par Cyril Ernst

En quelques mois, les enquêtes de L214 dans plusieurs abattoirs français ont ouvert les yeux de nombreuses personnes sur le fait que tuer des animaux sera toujours un acte violent, source d’une grande souffrance.

Cette maltraitance touche chaque jour environ 3 millions d’animaux terrestres en France, et des centaines de milliers d’animaux marin. Or la qualité d’être sensible est reconnue aux animaux par la loi. Dès lors, comment accepter que des animaux – après une vie très souvent misérable dans un élevage industriel – soient entassés dans des camions, déchargés et poussés de force vers un lieu où ils se feront perforer le crâne et égorger, voire égorger en pleine conscience ? Comment accepter la terreur et la maltraitance routinière qu’on leur inflige ? Comment accepter les coups, ainsi que les sévices atroces que ces vidéos révèlent ? Un mouton qui se fait crever l’œil au couteau, un bovin qui agonise au sol durant de longues minutes, des animaux suspendus par une patte alors qu’ils sont encore conscients, des cochons qui se débattent frénétiquement dans leur alors qu’ils sont gazés : cela a lieu en France.

Vous pouvez faire deux choses pour venir en aide aux animaux tout de suite :

  • Faire la transition vers une alimentation qui ne fait pas souffrir les animaux (végane) en commandant notre « Guide du végan en herbe ».
  • Partagez cet article avec votre entourage pour mettre un maximum de personnes au courant de la réalité des abattoirs et de l’alimentation à base de produits d’origine animale :