Marineland nage à contre-courant

Posté le par Cyril Ernst

Alors que SeaWorld, le pendant américain de cette prison pour animaux marins, a annoncé arrêter la reproduction des orques en captivité sous la pression des organisations de défense des animaux dont PETA États-Unis et de l’opinion publique, en France, Marineland continue de faire comme si de rien n’était. Des mammifères marins, mais aussi des poissons et des animaux terrestres y survivent misérablement, privés de liberté. Une manifestation organisée par le collectif Sans Voix Paca, à laquelle PETA France a participé, a réuni 550 personnes dimanche dernier à Antibes devant les portes de Marineland.

13627194_1458344344191600_5742493798534550513_n

Alors que dans leur milieu naturel les orques partagent des liens familiaux complexes et nagent plus de 100 km par jour, à Marineland, ils tournent en rond dans d’étroits bassins en béton et sont forcés d’exécuter des numéros en échange de nourriture. Cette vie de détresse, d’ennui et de solitude, les animaux la paient cher puisqu’ils meurent prématurément de maladies dues au stress. Ce parc d’attraction est une prison. Il doit être contraint de transférer tous les animaux marins captifs dans des sanctuaires côtiers afin de leur donner enfin un semblant de vie

13495198_1458344350858266_1497333043443592483_n

Comme le rappelait l’humoriste Bengui,  « Je ne veux pas vivre dans un bocal. N’allez pas à Marineland mes p’tits keums ». La meilleure chose que vous puissiez faire est en effet de vous engager à ne jamais fréquenter les prisons pour animaux comme Marineland et à le faire savoir autour de vous.