Retour à PETAFrance.com  
 Végétarisme  Expérimentation animale  Vie Sauvage  Peaux  Animaux et divertissements  Animaux familiers
Rechercher
 
A l'affiche :
Vivre en harmonie avec la nature
Chasse et pêche : Des traditions qui ont du plomb dans l’aile
Chasse et pêche : Foire aux questions (FAQ)

squirrel

Vivre en harmonie avec la nature

Nous causons à nos petits voisins sauvages bien plus de tort qu’ils ne nous en causent eux-mêmes. Tous les jours, nous envahissons des hectares entiers de leurs territoires, détruisons leurs habitats naturels et tuons ceux qui nous causent le moindre dérangement, alors que la plupart des dommages qu’ils provoquent ne sont pas causés de manière intentionnelle et qu’ils pourraient être aisément réparés. Voici quelques pistes pour vivre en harmonie avec la vie sauvage.

Ecureuils

Si vous entendez gratter dans votre grenier, cela peut être un écureuil bien content de faire son nid dans un environnement chaud et sécurisé. Les écureuils se reproduisent deux fois par an, entre janvier et avril, puis entre juin et août. S’il y a de l’animation dans votre grenier pendant ces deux périodes, il va sûrement falloir que vous vous fassiez à l’idée d’accueillir une nichée d’écureuils, car chasser les parents à ce moment-là condamnerait les petits à mort. Si vous ne voulez vraiment pas être famille d’accueil, attendez que les petits soient assez âgés pour quitter le nid parental, et assurez-vous bien que le grenier soit vide avant d’en boucher les accès. Lumière et musique forte encourageront la petite famille à quitter les lieux. Ensuite, installez dans votre jardin une boîte que les écureuils pourront utiliser comme nouveau nid. Installez cette boîte de façon à ce qu’elle soit visible de votre salon et vous serez aux premières loges pour admirer leurs acrobaties.

Si vous devez vraiment évacuer la famille écureuil au grand complet (petits compris), placez la boîte dans le jardin comme indiqué ci-dessus, puis allumez la lumière et mettez de la musique forte dans le grenier. Laissez le tout tel quel pendant plusieurs jours, pour que la mère écureuil ait le temps de trouvez le nouveau foyer et d’y transporter ses petits. Soyez très vigilant(e) au moment de boucher les trous d’accès au grenier : la mère peut être dehors et les petits dedans. Si vous ne parvenez vraiment pas à les faire sortir, appelez un centre de sauvegarde de la faune sauvage et demandez conseil. Surtout, ne laissez jamais les pompiers, fourrières et autres services d’évacuation d’animaux opérer sans surveillance, quoiqu’ils puissent vous dire.

Rats et souris

Ils viennent souvent chercher chaleur et nourriture dans nos maisons, mais on peut tout à fait les encourager à se loger ailleurs. La méthode la plus efficace est de rendre votre maison parfaitement inintéressante pour eux, notamment en enfermant soigneusement toute trace de nourriture dans des récipients hermétiques en verre, plastique, céramique ou métal. Ne pensez pas que le pain est en sécurité tout en haut d’un meuble : ils savent grimper. Un des membres de PETA a chassé les souris de ses armoires en plaçant à l’intérieur de celles-ci des balles de coton imprégnées d’huile de menthe poivrée. Quand les « envahisseurs » ont déserté, bouchez soigneusement tous les trous et fissures de plus de 5 millimètres de large ou de diamètre.

On ne devrait procéder à la capture et la relâche au-dehors de souris vivantes qu’en dernier ressort, car le stress pour les animaux d’une même famille d’être éparpillés et privés de leurs sources de nourriture comme de leurs points d’eau habituels peut mettre leur vie en danger. Sans compter que cela peut les inciter à revenir chez vous au plus vite. Si vous devez opter pour cette solution, rappelez-vous que les souris sont des animaux nocturnes : utilisez des pièges non cruels et relâchez-les dehors à la tombée de la nuit. Des pièges permettant de capturer l’animal sans lui faire de mal sont disponibles sur la marché, mais vous pouvez aussi bien en fabriquer un vous-même : placez de la nourriture au fond d’un seau et mettez le seau à côté d’une brique ou d’une pile de livres. La souris, attirée par l’odeur de la nourriture, grimpera sur la brique pour aller dans le seau. Une fois dans le seau, sans l’aide de la brique, elle ne saura pas remonter. Vous aurez pris soin de placer des feuilles de papier journal au fond du seau, pour que la souris ait de quoi s’occuper et se faire une cachette en attendant que vous la relâchiez. Vérifiez votre seau plusieurs fois par jour et relâchez les souris dans un environnement hospitalier, à distance de votre maison. Offrez-leur un petit coin tranquille dans une cabane ou une dépendance, où vous leur mettrez de l’eau et de la nourriture en attendant qu’elle se débrouillent toutes seules.

Certaines personnes font de façon involontaire l’élevage de souris et de rats en laissant à l’air libre les restes des gamelles de leurs chiens et chats. Mettez tout reste de nourriture dans des boîtes hermétiques, fermez bien les couvercles des poubelles et assurez-vous que votre tas de compost est couvert. Rats et souris ne s’attardent pas là où ils ne trouvent rien à manger.

Oiseaux

Un oiseau s’est introduit chez vous ? Fermez les portes qui donnent sur les autres pièces de votre maison, éteignez musique et télévision et baissez la lumière. Ouvrez la fenêtre et allumez une lumière à l’extérieur. L’oiseau devrait s’envoler dehors. N’effrayez pas un oiseau ainsi pris au piège : dans la panique, il pourrait se cogner un mur ou à une vitre.

Couvrez votre cheminée. Les oiseaux qui se posent sur des cheminées, cherchant la chaleur, sont susceptibles d’inhaler des fumées toxiques, de perdre connaissance et de se tuer en tombant dans le conduit.

Rappelez-vous que les oiseaux ont chaud et soif en été : placez des bols d’eau assez larges pour qu’ils puissent boire et se baigner. En hiver, si les ressources de l’environnement sont insuffisantes, accrochez des mangeoires et approvisionnez-la de surplus de nourriture.

Chauves-souris

Ces animaux, très utiles car prédateurs d’insectes, contrairement à l’idée reçue, ne sucent pas le sang et ne s’accrochent pas dans les cheveux. Par ailleurs, en ce qui concerne les accusations de rage, une étude britannique a montré que seuls 5 cas de rage avaient été imputés à des chauves-souris en Grande-Bretagne en 19 ans. Etant donné qu’une chauve-souris ne peut transmettre la rage que par morsure (et si elle est elle-même enragée bien sûr), le risque est quasi nul.

Autrefois, lorsque la France était encore largement recouverte de forêt, les chauves-souris nichaient dans les arbres creux. Elles ont maintenant à se trouver d’autres endroits abrités des courants d’air, comme les maisons et les garages. Il existe 33 espèces de chauves-souris en France. Deux sont communes, et toutes les autres sont classées comme vulnérables, rares ou en danger. Elles sont protégées, et il est interdit de les déranger, ainsi que de détruire leurs abris.

Si une chauve-souris s’est introduite chez vous, la meilleure des solutions est de tout éteindre à l’intérieur, d’allumer une lumière à l’extérieur, d’ouvrir la fenêtre et de quitter la pièce. Elle devrait sortir toute seule. Sinon, capturez-la en douceur (ayez soin de porter des gants) et placez-là dans une boîte percée de trous avant de la relâcher. Ensuite, bouchez l’ouverture par laquelle elle est entrée. Si vous trouvez une chauve-souris à terre ou blessée, contactez le groupe Chiroptères local de la Société Française d’Etude et de Protection des Mammifères.

Renards et blaireaux

Les renards fourragent volontiers dans les poubelles, et les blaireaux ont pour spécialité de creuser des sillons partout où ils passent. Pour tenir ces animaux à distance, enfermez votre poubelle au garage ou construisez une palissade de bois autour. Si ces visiteurs ne vous dérangent pas mais que vous n’appréciez pas le désordre qu’ils provoquent, faites comme ce propriétaire plein d’idée qui laisse chaque soir un petit seau de nourriture à côté de la poubelle. Une fois repu, le visiteur de minuit laisse les ordures tranquilles. Attention, il est déjà arrivé que certains renards affamés prennent des animaux domestiques comme proies. Assurez-vous donc avant de vous coucher que vos animaux familiers ne sont pas restés dehors.

Hérissons

Ces très appréciés petits animaux nocturnes sont les amis du jardinier, car ils mangent des limaces, des escargots et des larves. Ils peuvent vivre jusqu’à 10 ans, mais meurent souvent prématurément, au bout de 2 ou 3 ans. Quelques conseils pour rallonger leur espérance de vie : prenez garde à ce qu’ils puissent sortir des mares où ils tombent. N’utilisez jamais d’anti-limaces, car ces produits sont également toxiques pour eux. Installez-leur une confortable boîte imperméabilisée et garnie de paille bien sèche pour l’hibernation. Certains jeunes hérissons, pas assez gros pour passer l’hiver, auront besoin d’une aide humaine pour atteindre le printemps. Contactez votre centre de sauvegarde de la faune sauvage local pour savoir quoi faire.

Taupes

Les taupes, qui mangent les vers blancs s’attaquant à l’herbe et aux fleurs, sont elles aussi très utiles aux jardiniers. Si vous souhaitez néanmoins leur départ, essayez de répandre de la poudre de piment rouge, des boules de naphtaline ou de l’ail le long de leurs tranchées. Certains appareils électroniques, disponibles sur le marché, émettent des sons susceptibles de les chasser.

Serpents

Les serpents sont timides, et très peu sont dangereux. Même la morsure de vipère n’est pas toujours fatale. Régulant les populations de rongeurs, ces animaux devraient être laissés en paix. Pour les tenir éloignés de la maison, évitez simplement d’avoir à proximité des tas de bois ou de détritus, leurs cachettes favorites.

Des animaux sauvages sains et saufs

Les points d’eau (mares, piscines…) non recouverts sont un piège mortel pour beaucoup d’animaux, des hérissons aux grenouilles en passant par les chatons. Pour les aider à sortir de là en cas de chute, placez des planches de bois de charpente de part et d’autre de la pièce d’eau, ainsi que des pierres sur les bords de celle-ci, de sorte que les animaux qui y tombent puissent prendre appui dessus pour sortir. De la même façon, un bâton planté dans cette même pièce d’eau donnera aux insectes qui se noient quelque chose à quoi s’accrocher.

Beaucoup d’animaux meurent en voulant atteindre les restes de nourriture. Ils passent leurs têtes dans des récipients alimentaires en sentant les odeurs et restent coincés. En attendant de recycler ou de jeter ces récipients, lavez-les. Dans le cas des canettes de boisson, repoussez la capsule à l’intérieur (pour éviter que des langues ne soient coupées) et écrasez la cannette pour l’aplatir autant que possible. Mettez tout ce qui peut blesser et étouffer hors d’état de nuire.

Animaux orphelins, blessés ou malades

Même si vous entendez de jeunes animaux « appeler au secours », renoncez à les adopter comme animaux de compagnie. Ils ont besoin d’être avec leurs congénères. Si vous apprivoisez un animal, il ne saura pas se débrouiller seul le jour où vous le relâcherez. Ce n’est pas un service à lui rendre.

Si vous trouvez un jeune animal qui semble avoir perdu ses parents, attendez déjà un moment à distance pour vous assurer que c’est bien le cas et que les parents ne sont pas quelque part aux alentours. Si l’endroit n’est fréquenté par aucun chat ni autre prédateur, laisser s’écouler plusieurs heures. Si après ce délai l’animal est toujours là, appelez un centre de sauvegarde de la faune sauvage pour demander conseil.

On trouve souvent de jeunes mouettes échouées par terre. Levez le nez : souvent, leurs parents surveillent d’en haut ces jeunes intrépides qui pensaient être capables de voler avant de ne l’être effectivement ! Attrapez ces jeunes oiseaux avec douceur et placez-les en hauteur, là où leurs parents pourront continuer à s’occuper d’eux jusqu’à ce qu’ils soient capables de voler. Si vous trouvez un oiseau blessé, placez-le dans un carton fermé (l’oiseau sera moins stressé dans un environnement sombre) et percé de trous. Appelez un centre pour oiseaux blessés pour le faire examiner et éventuellement relâcher dans une aire protégée.

Certains lapins souffrent de myxomatose, une maladie virale. Si vous voyez un lapin apathique, les yeux gonflés et pleins de pus, il est quasiment certain qu’il a la myxomatose et qu’il va mourir dans d’atroces souffrances. Attrapez-le, maintenez-le avec douceur mais fermeté, mettez-le dans une boîte de transport et amenez-le chez un vétérinaire. Arrivé à ce stade de maladie, l’euthanasie est la seule option. Pour éviter la propagation de la maladie, lavez immédiatement vos vêtements et désinfectez tous les endroits où le lapin malade a été.

Quelquefois, lorsqu’il fait très chaud, certains animaux sortent de leurs cachettes. Si ces animaux s’enfuient, ils ont toutes les chances d’être en bonne santé. Quand ils sont malades, ils sont léthargiques, se déplacent lentement et titubent. Gardez toujours à portée de main, chez vous et dans votre voiture, la liste des centres de sauvegarde de la faune sauvage.

Créez un jardin respectueux de la vie sauvage

N’utilisez pas de pesticides, et laissez une partie de votre jardin à l’état naturel. Le bois mort est très écologique : si un arbre est mort, prélevez des branches petit à petit plutôt que de l’abattre. Laissez des arbustes et des buissons. Mettez à disposition des oiseaux un bol d’eau pour qu’ils puissent se baigner et une casserole pour les petits mammifères. N’oubliez pas les nichoirs pour les oiseaux, les chauves-souris et les écureuils. Aménagez un terrain pour la faune et la flore sauvages grâce aux conseils de spécialistes, et profitez pleinement de cet espace que vous partagez avec vos merveilleux petits voisins.

 

Dans cette rubrique
Ecureuils
Rats et Souris
Oiseaux
Chauves-souris
Renards et blaireaux
Hérissons
Taupes
Serpents
Des animaux sauvages sains et saufs
Animaux orphelins, blessés ou malades
Créez un jardin respectueux de la vie sauvage
Et pour les anglophones...
 Helping Wildlife Helping Wildlife
Nous contacter     À propos de PETA     Tous les sites de PETA ...     Décharge de responsabilité    
Termes et conditions du concours     Confidentialité     © 2014 PETA France. Lire notre clause entière.    
Click here to return to PETAFrance.com