Les animaux des zoos : condamnés à une vie derrière les barreaux

Imaginez-vous ne pouvoir contrôler aucun aspect de votre vie : ce que vous mangez, à quel
moment vous mangez, à quel moment vous dormez, où vous allez et avec qui vous choisissez
de construire une famille. C’est la réalité des animaux dans les zoos, transformés en sujets
d’exposition vivants. Certains sont gardés dans des enclos beaucoup trop étroits pour eux,
pendant que d’autres sont forcés à effectuer des numéros humiliants. Même dans les meilleurs zoos, dans les meilleures conditions possibles, une vie en captivité n’est tout simplement pas une vie pour les animaux sauvages.

Une prison artificielle

Dans la nature, les animaux peuvent parcourir des centaines de kilomètres, chasser leurs
proies, élever leurs petits, explorer, jouer et avoir des relations sociales complexes tandis
que dans les zoos, leur vie est restreinte entre quatre murs. Le confinement et le manque de
stimulation conduisent souvent en un comportement anormal et autodestructeur, connu sous
le nom de « stéréotypies », comme par exemple tourner en rond, se balancer, ou
s’automutiler. Les gardiens de zoos leur donnent parfois des antidépresseurs ou des
tranquillisants pour essayer de dissimuler leurs symptômes de détresse.

On trouve aussi des négligences honteuses dans certains zoos, avec des animaux gardés dans des enclos désertiques et crasseux, avec de l’eau stagnante et aucune tentative de réplique de
leur habitat naturel. Les nombreux cas d’animaux frustrés essayant de s’enfuir, avec parfois
des conséquences tragiques, ne sont donc pas surprenants. Par exemple, en 2012, un tigre
s’est échappé de son enclos du zoo de Cologne, a tué un gardien, avant d’être tué à son tour,
tandis qu’en République Tchèque, un tigre s’est échappé et a attaqué trois employés du zoo.
Parmi les animaux qui ont tenté de s’échapper de zoos en France, on compte une antilope, un perroquet, un pélican, un singe et un vautour, ce qui montre à quel point ces animaux
malheureux essayent de retrouver leur liberté.

L’arnaque de la préservation

Les zoos voudraient vous faire croire qu’ils ont vocation à protéger une variété d’espèces,
qu’ils détiennent et dont certaines sont en voie d’extinction, mais les animaux ne sont
pratiquement jamais libérés des zoos, et ceux-ci s’en sortent rarement bien, car ayant été
élevés en captivité, ils sont mal préparés pour s’en sortir dans la nature.

Il est aussi évident que de nombreux zoos « disposent » d’un « surplus » d’animaux, soit en les
tuant ou en les revendant à des trafiquants d’animaux exotiques sans scrupule. Dans un zoo
Britannique, des carcasses d’animaux morts, y compris de babouins et de cerfs en voie de
disparition, ont été retrouvées à pourrir derrière les poubelles, et au zoo de Copenhague, le
girafon Marius a été tué puis nourri aux lions.

La seule façon efficace et durable d’aider les espèces en voie de disparition est de protéger
leur habitat naturel, mais les programmes de reproduction dans les zoos, fortement coûteux,
détournent l’argent des véritables projets de préservation des espèces. Après tout, quel est
l’intérêt de reproduire des animaux s’ils n’ont pas d’endroit où aller ?

Apprendre de mauvaises leçons

Les zoos sont à peine pédagogiques : les animaux détenus seuls dans des cages sont si
éloignés de leur milieu naturel qu’ils ont peu l’occasion de suivre leurs instincts. La seule
chose que l’on peut apprendre de ces tristes aménagements est la façon dont les animaux, qui veulent être libres, agissent lorsqu’ils sont enfermés.

Au final, les zoos sont des entreprises visant à divertir et non à éduquer. La seule chose qu’ils apprennent aux gens est qu’il est acceptable d’interférer dans la vie des animaux et de les
maintenir en captivité, là où ils s’ennuient, à l’étroit, seuls et dépourvus de tout contrôle sur
leur propre vie.

Comment aider ?

N’allez pas dans les zoos ! Ne donnez pas votre argent à ces établissements inhumains
profitant de l’exploitation des animaux. Nous pouvons protéger les espèces en voie de
disparition en soutenant la préservation des habitats naturels, et non les prisons pour
animaux.

Si vous souhaitez apprendre davantage sur les animaux, regardez un documentaire animalier
montrant comment les animaux se comportent dans leur habitat naturel. Ou regardez autour de
vous ! Devenez un expert de la vie sauvage dans votre propre région, en observant les hérissons
dans votre jardin ou les oiseaux qui volent au-dessus de votre tête.

À savoir

  • Il y a plus de 10.000 zoos dans le monde entier.
  • Les éléphants des zoos ont généralement moins de la moitié de la durée de vie de leurs congénères dans la nature.
  • En France, entre 60 000 et 100 000 animaux sont détenus dans environ 300 zoos ou établissements assimilés.
  • Sur 25 zoos français tirés au sort, 83 % des espèces détenues n’étaient pas des espèces menacées.