L’abandon des animaux : la crise et son remède

Les chats et les chiens dépendent des humains pour leur besoins quotidiens : nourriture, eau, abri, soins vétérinaires, affection etc. Cependant, en France, des milliers d’animaux n’ont pas de gardiens pour s’occuper d’eux, sans parler d’un endroit chaud et douillet où se blottir durant la nuit. Beaucoup souffrent et meurent dans la rue ou sont euthanasiés faute de place dans les refuges, de disponibilité d’un foyer prêt à les adopter ou de problèmes de santé ou comportementaux qui résultent souvent de l’abandon. L’abandon des animaux est un problème complexe mais dont la solution est simple : il faut adopter les animaux des refuges ou des rues au lieu de les acheter à des éleveurs et à des animaleries et empêcher que davantage d’animaux non désirés ne naissent en stérilisant systématiquement les animaux de compagnie.

Trop d’animaux, trop peu de foyers prêts pour l’adoption

En ce moment même, en France, il a de nombreux chiens et chats errants. Ils sont livrés à leur propre sort dans les rues ou à la campagne, où ils souffrent et trouvent souvent la mort après avoir été percutés par des voitures ou attaqués par d’autres animaux, victimes des températures extrêmes, de la faim, atteints de maladies contagieuses ou confrontés à bien d’autres dangers. De nombreux animaux errants se font tirer dessus, mutiler, torturer brûler ou sont empoisonnés ou tués par d’autres façons cruelles.

Les animaux sont souvent abandonnés par les personnes dont ils dépendent et qui sont censées s’en occuper. L’actualité est pleine de ces nouvelles dramatiques. À Buais dans la Manche, un homme a laissé trois chiens dans un enclos sans eau ni nourriture. Le cadavre de l’un d’entre eux était en décomposition lorsque les deux autres furent sauvés ; à Béziers dans l’Hérault, une femme en voiture jette une petite valise sur le trottoir avec un chat à l’intérieur.

Les refuges ouverts acceptent tous les animaux en détresse, s’occupent d’eux et leur offrent sécurité, chaleur, nourriture et attention. Mais à cause du grand nombre d’animaux abandonné et du manque de foyers prêts à les adopter, il n’y a pas d’autre choix que de les euthanasier, un acte qui est rapide et sans douleur pour les animaux, mais qui est toujours déchirant pour les employés ou les bénévoles du refuge qui doivent l’effectuer. Environ 140 chiens et chats sont euthanasiés dans les refuges chaque jour en France.

Qui est responsable ?

Pourquoi y a-t-il autant d’animaux abandonnés ? Les éleveurs et l’industrie des animaux de compagnie sont les principaux responsables de cette crise parce qu’ils font naître davantage de chiots et de chatons alors qu’il n’y a pas assez de foyers prêts à l’adoption pour tous les animaux qui existent déjà. Les usines à chiots et à chatons qui fournissent des animaux aux animaleries produisent des portées en masse, et nombre de ces animaux finiront abandonnés à leur tour ou bien rejoindront une famille qui aurait pu accueillir ceux qui sont en attente d’adoption dans les refuges.

Les personnes qui ne stérilisent pas leurs animaux sont également responsables. Certains peuvent penser que laisser leur chat ou son chien avoir « juste une portée » n’est pas très grave, mais une seule portée peut rapidement engendrer des centaines voire des milliers d’animaux issus des générations successives qui en sont issues.

Par ailleurs, de nombreuses personnes prennent un animal sur un coup de tête ou en offrent en cadeau, sans se rendre compte de l’engagement de long terme que cela implique. Lorsqu’elles découvrent que s’occuper d’un animal nécessite davantage d’efforts, d’argent, de temps et de patience qu’elles ne l’avaient imaginé, ils finissent souvent par abandonner leur loyal compagnon.

Ceux qui acquièrent un animal pour une lubie s’en débarrassent souvent aussitôt que l’engouement s’est dissipé. Les centres d’adoption de Blue Cross au Royaume-Uni ont annoncé une multiplication par cinq du nombre d’abandon de husky sibériens et de malamute de l’Alaska après le succès du film Twilight et une augmentation de 137 % de l’abandon touchant les races miniatures entre 2008 et 2013, les gens essayant d’imiter les célébrités qui s’affichent avec de tout petits chiens dans leurs sacs à main.

Les Staffordshire bull terriers, les Rottweilers, les Tosas et des chiens d’autres races (souvent acquis comme signe de virilité) sont fréquemment abandonnés après être devenus trop agressifs pour que l’on puisse les maîtriser. Et malheureusement, de nombreux animaux sont délaissés ou abandonnés au seul motif qu’ils sont de la « mauvaise » couleur. Au Royaume-Uni, l’organisation Blue Cross a constaté une augmentation de 65 % du nombre de chats noir pris en charge entre 2007 et 2013 et avance l’explication que cette tendance serait due au fait que les chats noirs sont moins photogéniques sur les selfies.

Espoir pour les animaux abandonnés

La méthode la plus simple, la plus fondamentale et la plus efficace pour épargner aux chiens et aux chats toute cette souffrance est d’empêcher que davantage d’animaux non désirés ne naissent, en s’assurant que nos animaux sont stérilisés.

Chaque animal stérilisé peut épargner à des centaines de milliers d’autres de connaître une vie de souffrance et une mort à l’extérieur, de subir des sévices de la part de personnes cruelles ou négligentes ou d’être euthanasiés dans les refuges à cause de leur état de santé, de leur agressivité ou du manque de foyers d’accueil disponibles. Sans stérilisation, une chienne et sa descendance peuvent engendrer 67 000 chiots en à peine six ans. En sept ans, une chatte et sa descendance peuvent engendrer le nombre astronomique de 370 000 chatons !

La stérilisation est une opération presque sans risque et peu chère qui améliore la santé des animaux : la stérilisation des femelles élimine le stress et l’inconfort qu’elles doivent subir durant leurs chaleurs, élimine le risque de cancer de l’utérus et réduit grandement le risque de cancer des mamelles. La castration réduit de façon important le risque de voir les mâles fuguer ou se battre, protège des cancers des testicules et réduit le risque du cancer de la prostate.

Les collectivités qui ont instauré des règles de stérilisation obligatoire ont signalé une réduction significative du nombre d’animaux recueillis dans les refuges.

Ce que vous pouvez faire

En stérilisant nos animaux de compagnie et choisissant de toujours avoir recours à l’adoption et à ne jamais acheter d’animaux dans les animaleries ou chez des éleveurs, chacun d’entre nous peut œuvrer pour un monde où chaque animal aura un foyer aimant et stable. Aussi, encouragez tout le monde à faire de même ! Avant d’agrandir la famille avec l’arrivée d’un nouveau membre, il est également important de s’assurer que l’on est prêt à prendre soin d’un animal, ce qui constitue un engagement de long terme.