Découvrez les capacités mentales des bovins

Posté le par Cyril E

Si l’on prend le temps de les observer et de se renseigner à leur sujet, on se rend compte que les bovins sont des animaux sensibles, complexes et dotés d’une intelligence étonnante. À nous d’être suffisamment intelligents pour le comprendre et accepter d’en tirer les conséquences en faisant la transition vers une alimentation végane car les bœufs, les vaches, les taureaux et les veaux ne demandent qu’à vivre en paix, tout comme nous.

Les capacités mentales des bovins

– Pauline Tissot, le Point.fr, 26/02/2017

Démonstration. Des vaches sont capables de soulever les leviers pour avoir de l’eau :

Ou de faire des contentions et de tiret des loquets avec leur langue pour ouvrir un portail :

Et le stratagème de cette vache pour accéder à la nourriture et faire partir ses concurrentes est stupéfiant :

Ce n’est pas tout. « Les vaches ont une excellente capacité à l’apprentissage spatial et à la connaissance de l’espace. »

– Dr Rebecca Doyle, Université de Melbourne

En tant qu’animaux devant se protéger de la prédation, elles sont pourvues d’un champ de vision très large et d’une bonne ouïe. Les vaches perçoivent efficacement leur environnement et, lorsqu’on leur en laisse la possibilité, elles gardent une distance de sécurité avec les inconnus.

Mais elles sont aussi curieuses et l’apparition de situations nouvelles qui, lorsqu’elles ne les inquiètent pas, leur procurent au contraire du plaisir.

Les bovins et leurs émotions

Les liens entre les vaches et leurs veaux sont très forts. Cela s’explique par le fait que les vaches sont des animaux nidifuges, c’est-à-dire dont les nouveau-nés doivent être capables de se déplacer presque tout de suite après leur naissance et qu’une forte relation avec la mère est une question de survie.

Lorsque, pour leur prendre leur lait ou produire des animaux destinés à l’abattoir pour leur chair, les humains séparent le veau de sa mère quelques heures après la naissance, il est courant que les deux meuglent de détresse pendant des jours.

La société des vaches

Les bovins sauvages forment des groupes sociaux composés de vaches et de leurs veaux et d’autres où se réunissent les taureaux. Comme beaucoup d’autres animaux, les bovins établissent une hiérarchie sociale dans leur groupe et un individu dominant impulse les décisions pour le troupeau.

À l’intérieur de ces groupes, les conflits sont régulés et les liens d’amitiés rapprochent les individus. Car oui, les vaches ont bel et bien des amies et deviennent stressées lorsqu’elles en sont séparées. Le léchage joue un rôle similaire à l’épouillage chez les primates. Il permet de se nettoyer mutuellement les zones du corps non-accessibles et de tisser des liens.

Des animaux délicats

Enfin, les bovins sont des animaux délicats, comme le prouve cette étude qui montre que les vaches ont des préférences en matière de rugosité du sol et qu’elles évitent les sols jonchés d’excréments. Imaginez le mal-être permanent de ces animaux lorsqu’ils sont enfermés toute leur courte vie dans des hangars, sur des dalles en béton, les pattes dans les excréments, comme ici, dans l’élevage des 1000 vaches dans la Somme.