PETA Royaume-Uni et l’entreprise française ECOPEL révèlent les tant attendues coiffes des gardes de la reine d’Angleterre en fausse fourrure

PETA Royaume-Uni et l’entreprise française ECOPEL révèlent les tant attendues coiffes des gardes de la reine d’Angleterre en fausse fourrure

Londres – Ce matin, PETA Royaume-Uni et ECOPEL, entreprise française fabriquant de la fausse fourrure de luxe, ont dévoilé la première fausse fourrure d’ours au monde impossible à distinguer des véritables peaux d’ours utilisées pour les bonnets à poils de la garde de la reine d’Angleterre.


Une image de la coiffe végane et inédite est disponible ici.

ECOPEL, qui fournit de la fausse fourrure aux plus grands créateurs, a fait don de son temps et de son expertise et a même fait construire des machines sur mesure pour produire la matière innovante. La fausse fourrure d’ours correspond non seulement à la longueur exacte de la véritable fourrure utilisée dans ces coiffes, elle est également facilement rendue 100 % imperméable – comme le confirme un test du ministère de la Défense britannique, commandé par PETA Royaume-Uni et réalisé dans le laboratoire accrédité du ministère de la Défense. ECOPEL a proposé de fournir gratuitement le ministère en fausse fourrure d’ours jusqu’en 2030.

« La fausse fourrure éthique et hautement performante créée par ECOPEL permet de rester fidèle à la tradition tout en épargnant à des ours d’être sauvagement abattus pour leur fourrure », explique la fondatrice de PETA, Ingrid Newkirk. « PETA a hâte de voir cette casquette du 21e siècle – qui reflète les valeurs de Sa Majesté et des Britanniques de respect des animaux – entrer rapidement en service. »

PETA rappelle que certains ours reçoivent plusieurs balles avant de mourir, et que certains s’échappent mais finissent par mourir d’hémorragie. Lorsque les mères ours sont tuées, leurs oursons meurent de faim. Une demande en vertu de la Freedom of Information Act a révélé que plus d’un million de livres sterling de l’argent des contribuables britanniques avaient été dépensés pour fabriquer 891 bonnets en peau d’ours – qui sont ornementaux et n’ont aucune fonction militaire – au cours des sept dernières années seulement.

Contrairement à la fourrure d’ours, qui doit être traitée avec des produits chimiques toxiques pour l’empêcher de se décomposer, la fausse fourrure d’ECOPEL est produite dans des usines écologiques en boucle fermée. Au fil des ans, le ministère de la Défense a remplacé les fourrures de léopard et de castor par des fausses fourrures. Près de vingt ans après que le Royaume-Uni a interdit l’élevage d’animaux pour la fourrure, et avec une interdiction post-Brexit anticipée sur l’importation de fourrure, une alternative éprouvée à la fourrure d’ours est maintenant prête à être déployée.

De nombreuses célébrités ont demandé au ministère de la Défense britannique de remplacer les bonnets en peau d’ours par de la fausse fourrure sans cruauté, dont Pamela Anderson, Paul McCartney, Stella McCartney, Ricky Gervais et Roger Moore. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également soutenu l’initiative, affirmant que des bonnets en fourrure synthétique devraient être utilisés s’ils pouvaient « contribuer à sauver quelques ours ». PETA exhorte maintenant le Premier ministre à tenir sa parole en demandant au ministère de la Défense de passer à la fausse fourrure pour tous ses futurs bonnets.

PETA, dont la devise dit notamment que « les animaux ne nous appartiennent pas et [que] nous n’avons pas à les utiliser pour nos vêtements », s’oppose au spécisme, idéologie qui postule une fausse supériorité des humains sur les autres animaux. Pour plus d’informations, rendez-vous sur PETAFrance.com ou suivez les dernières actualités de l’association sur FacebookTwitter ou Instagram.
Contact :

Anissa Putois ; [email protected]

 

#