Ces photos illustrent l’horrible histoire de l’industrie internationale du cuir

Posté le par Cyril Ernst

De nouvelles révélations dans les ranchs de bovins au Brésil, fournisseurs de JBS SA – la plus grande entreprise de transformation du cuir au monde – montre comment les vaches et les bœufs sont maltraités avant d’être tués afin que leur peau puisse être utilisée pour garnir des intérieurs de voitures.

Arrachés à leur mère

Leather1PETA/Repórter Brasil

Un veau femelle est pris au lasso puis traîné loin de sa mère, qui court après elle.

Leather 2PETA/Repórter Brasil

Un travailleur la plaque au sol.

Leather 3PETA/Repórter Brasil

Il l’entrave en lui tordant la nuque et en appliquant son poids sur elle.

Leurs visages marqués au fer rouge

Pour pouvoir montrer qu’ils possèdent les veaux, les travailleurs dans les ranchs qui fournissent des bovins à JBS utilisaient des fers rouges pour les marquer au visage, sans leur administrer aucun antidouleur, allant contre les recommandations minimales sur le bien-être animal promulguées par le Ministère brésilien de l’Agriculture. Des bovins plus âgés était également placés de force dans des couloirs de contention, dans lesquels ils paniquaient et donnaient des coups de patte alors que les travailleurs les marquaient sur le dos.

Leather 4PETA/Repórter Brasil

Des travailleurs préparent les fers brûlants pour marquer les vaches.

Leather 5PETA/Repórter Brasil

Un travailleur maintient une vache au sol pour la marquer au fer rouge au visage.

Leather 6PETA/Repórter Brasil

Des travailleurs marquent un veau au visage avec un fer rouge et sans administrer d’antidouleur.

Leather 7PETA/Repórter Brasil

Un travailleur maintient immobile la tête d’un veau femelle sous son pied pendant qu’il le marque.

Leather 8PETA/Repórter Brasil

Ce veau panique et se retrouve pris au piège dans un couloir de contention après avoir essayé de se retourner.

Leather 9PETA/Repórter Brasil

Des travailleurs capturent cette vache dans un couloir de contention et la marquent sur le dos avec un fer rouge, et sans anesthésie.

Panique, coups et blessures saignantes

Dans les ranchs, les vaches sont contraintes de rentrer dans des couloirs de contention étroits pour la manipulation. Ce confinement extrême conduit les vaches à paniquer et à se piétiner entre elles. Les travailleurs leur donnaient alors des coups de pied et les tiraient par les oreilles et la queue. En désespoir de cause, certains bovins tentaient de sauter la rambarde pour s’échapper. L’enquêteur a aussi vu un veau atteint d’une infestation d’asticots, une vache avec une tête enflée et des vaches avec des blessures ouvertes et saignantes.

Leather 10PETA/Repórter Brasil

Une vache tente de sauter par-dessus l’enclos.

Leather 11PETA/Repórter Brasil

Leather 12PETA/Repórter Brasil

Plusieurs bovins se retrouvent bloqués dans un couloir de contention. Les travailleurs leur donnent des coups de pied et les tirent par les oreilles et la queue.

Leather 13PETA/Repórter Brasil

Des bâtons électriques sont utilisés lors des passages dans les couloirs de contention.

Leather 14PETA/Repórter Brasil

Ce bœuf a une grande blessure ouverte à la tête.

Leather 15PETA/Repórter Brasil

Un veau est atteint d’une infestation d’asticots.

On leur inflige des décharges électriques lorsqu’ils partent à l’abattoir

Lorsque les vaches ont environ 3 ans, les ranchers les envoient à des abattoirs possédés par JBS. Les travailleurs frappent les bovins autour de l’anus avec des bâtons d’embouts métalliques pointus pour les contraindre à monter dans des camions surpeuplés utilisés pour les conduire à l’abattoir.

Leather 16PETA/Repórter Brasil

Les travailleurs frappent et piquent les vaches avec des bâtons d’embouts métalliques pointus.

Leather 17PETA/Repórter Brasil

Les travailleurs donnent des électrochocs aux vaches autour de leur anus afin de les forcer dans des camions en partance pour l’abattoir.

Leather 18PETA/Repórter Brasil

Les vaches transportées dans les abattoirs de JBS SA subissent de longs trajets dans des camions  crasseux.

Chaque année, des millions de vaches sont tués dans plusieurs abattoirs JBS au Brésil. Les travailleurs les égorgent avant de leur arracher la peau qu’ils envoient aux tanneries JBS, qui produisent du cuir pour les industries de l’automobile, des meubles, des chaussures et des accessoires de mode du monde entier. Les fournisseurs de cuir pour l’industrie automobile ont besoin d’environ trois peaux de vaches adultes pour produire un seul intérieur en cuir. En 2015, les 26 usines de JBS situées sur trois continents différents ont produit 10 millions de peaux.

La peau d’environ trois vaches est nécessaire pour produire un seul intérieur en cuir.

Les volants et les leviers de vitesses sont souvent recouverts de cuir issu de transformateurs comme JBS SA.

Vous pouvez agir pour aider à mettre fin à cette cruauté

Renault, Volkswagen et General Motors font partie des dizaines de grands constructeurs automobiles qui sont connectés à JBS. On y trouve :

jbs-linked-car-company-infographic-770x770

Demandez-leur de cesser de garnir leurs voitures avec la peau d’animaux maltraités.

Agissez