Au lieu d’exploiter des animaux, ce cirque utilise… des hologrammes

Posté le par Anissa P

En Allemagne, le cirque Roncalli a remplacé les animaux dans ses spectacles par des hologrammes. À la pointe de l’originalité et de la compassion, le cirque fait depuis peu évoluer de magnifiques figures d’éléphants, de chevaux, ou encore de poissons, pour le plus grand bonheur de son public, puisqu’aucun animal n’a eu à souffrir.

Aujourd’hui, la plupart des gens s’opposent à l’exploitation des animaux dans les cirques. Près de 30 pays en Europe ont d’ailleurs interdit l’installation de cirques utilisant des animaux sauvages et en France 67 % des Françaises et des Français sont pour l’interdiction des cirques avec animaux sauvages et selon 20 Minutes, les lecteurs du quotidien se sont prononcés à 91 % en faveur d’une réglementation en ce sens.

Une activité cruelle

Il est indéniable que les animaux sauvages souffrent en captivité. La Fédération des vétérinaires d’Europe estime d’ailleurs que : « Les besoins des mammifères sauvages ne peuvent être satisfaits dans un cirque itinérant, en particulier quant aux conditions de vie et à la possibilité d’exprimer des comportements normaux »

Ces « artistes » qui ne sont pas volontaires subissent des méthodes de dressage violentes : certains sont battus, fouettés, électrocutés ou privés de nourriture pour les forcer à apprendre des tours. La frustration et le stress liés à ces conditions de vie insupportables font qu’ils développent souvent des comportements névrotiques anormaux et répétitifs.

Sam Haddock

Les cirques s’adaptent aux mœurs actuelles

En 2018, le cirque Roncalli a décidé de ne plus mettre en scène de chevaux ; il n’utilisait déjà plus d’animaux sauvages depuis les années 90. Markus Strobl, le responsable de la communication du cirque a déclaré : « Nous avons décidé de ne plus avoir d’animaux pour leur propre bien-être […] De toutes façons, la plupart des numéros du show sont déjà faits aujourd’hui par des artistes et des clowns. Le cirque Roncalli se concentre sur des numéros poétiques et acrobatiques »

Le directeur de cirque Bernhard Paul a déclaré dans le journal BILD : « Les temps et les goûts du public ont complètement changé ces dernières années. » Le Cirque Roncalli propose même des plats végans avant et pendant le spectacle, montrant non seulement que l’avenir des spectacles à succès repose sur l’absence d’exploitation animale, dans l’arène mais aussi au niveau alimentaire.

En France, André-Joseph Bouglione s’est lui aussi détourné de l’exploitation d’animaux captifs, pour créer à la place son éco-cirque. Il évoque sa prise de conscience de la situation de souffrance des animaux captifs dans les cirques et les nouvelles attentes du public dans une vidéo pour PETA :

André-Joseph Bouglione a choisi de ne pas suivre les cirques animaliers dans leur déclin et a eu le courage de remettre en cause la pratique cruelle de l’exploitation des animaux. Dans son nouveau cirque, tous les artistes sont volontaires. Chaque innovation de ce genre permet d’adapter la tradition circassienne à l’air du temps et de faire cesser les souffrances des animaux forcés de se montrer en spectacle.

Il est grand temps d’agir

Demandez une interdiction nationale des cirques exploitant des animaux sauvages pour aider à mettre fin à leurs souffrances :