Une nouvelle enquête révèle que les animaux souffrent toujours à Petra malgré les promesses du Ministère

Posté le par Anissa P

Mise à jour juillet 2018

Action historique d’un prince saoudien pour mettre fin à la maltraitance des animaux à Petra, après les révélations de PETA

 


Malgré l’engagement du Ministère du tourisme de mettre fin à la cruauté infligée aux ânes, chameaux, mules et chevaux révélée dans une enquête récemment diffusée par PETA qui montre les dessous de l’industrie du tourisme à Petra, en Jordanie, de nouvelles images vidéos tournées par des témoins révèlent que ces animaux sont toujours battus, frappés à coup de pique et fouettés afin de les faire avancer.

Cette nouvelle vidéoet un rapport de PETA Asie, soulignent encore une fois que forcer des animaux à tracter des touristes dans la cité historique doit être interdit. La vidéo et le rapport ont été transmis à l’UNESCO et aux autorités gouvernementales.

« Le Ministère du tourisme s’est engagé à mettre fin à la cruauté envers les animaux qui a cours à Petra, néanmoins des ânes et des chevaux continuent d’être frappés et fouettés pour les contraindre à travailler pour l’industrie du tourisme. PETA demande la fin de ces pratiques honteuses, qui auraient dû être remplacées par des véhicules modernes et sans animaux il y a bien longtemps. »

Les animaux continuent de souffrir à Petra. Des mules et des ânes sont contraints à gravir les 900 marches du monastère puis à les redescendre en portant des visiteurs sur leurs dos, tandis que les chevaux doivent tirer des charrettes lors de treks épuisants longs de 10 kilomètres à travers la cité ancienne plusieurs fois par jour.


Dans la vidéo de PETA on voit des hommes et mêmes de jeunes garçons frapper sans relâche des animaux exténués à coups de tuyaux en plastique dur, de cordes, de chaînes et de fouets pour les faire avancer.

Des chaînes et des cordes tachées de sang étaient si serrées qu’elles tailladaient le cou des animaux, et des chameaux souffraient de plaies ouvertes infestées de mouches.

Ils hurlaient de douleur pendant que leurs bouches étaient étroitement ligotées. Entre les différents tours, les animaux étaient attachés à des cordes si courtes qu’ils ne pouvaient même pas s’allonger, et plusieurs d’entre eux semblaient visiblement souffrir de boiteries, de coliques et d’épuisement.

Agissez dès maintenant pour ces animaux

Nos demandes sont restées sans réponse, le Ministère n’a pas agit et les ânes, mules, chevaux et chameaux continuent de souffrir à Petra. Nous ne lâchons pas l’affaire, et redoublons d’efforts pour mettre un terme à cette cruauté. Demandez au Ministre du Tourisme et des Antiquités de protéger ces animaux en interdisant leur utilisation sur ce site historique :