Paris Fashion Week : des militantes en masque à gaz rappellent que la fourrure propage des pandémies

Le 28 septembre 2020

Paris Fashion Week : des militantes en masque à gaz rappellent que la fourrure propage des pandémies

PETA souligne que des visons dans des fermes à fourrure européennes ont été testés positifs à la COVID-19 et leur confinement insalubre favorise l’émergence d’épidémies

Paris – À l’ouverture de la Semaine de la mode parisienne, des militantes de PETA ont rappelé que la fourrure est une mode toxique et dangereuse pour la santé publique. Vêtues de manteaux de fourrure et masques à gaz, elles ont brandi des pancartes déclarant « Les élevages de fourrure propagent des pandémies » et « Fourrure : mode toxique ».

« Alors que la crise sanitaire due à la COVID-19 se prolonge, il est impensable que des marques continuent d’utiliser des matières issues du confinement insalubre d’animaux stressés, qui est lié à l’émergence et à la propagation de maladies, » déclare Marie-Morgane Jeanneau, porte-parole de PETA France. « En plus de poser un grave risque sanitaire, la production de fourrure est des plus cruelles. Elle est tout sauf tendance et il est grand temps de s’en défaire. »

Des images de l’action sont disponibles ici, ici et ici.

Des enquêtes portant sur les élevages de visons en France et d’autres élevages d’animaux pour la fourrure ont montré des animaux malades, souffrant de plaies ouvertes purulentes et sanglantes et parfois confinés avec les cadavres en décomposition de leurs congénères qui n’ont pas survécus à ces conditions. En plus de faire vivre l’enfer à des êtres sensibles, les fermes à fourrure sont des foyers de maladies : les visons et autres animaux tués pour leur pelage sont confinés dans des cages grillagées adjacentes les unes aux autres, ce qui facilite la propagation de maladies infectieuses par l’échange d’urine, d’excréments, de pus provenant de plaies infectées et de sang. Aux Pays-Bas, en Espagne, au Danemark et aux États-Unis, des élevages sont devenus des foyers de COVID-19, poussant le Parlement néerlandais à voter la fermeture de ses dernières fermes à fourrure.

PETA, dont la devise dit notamment que « les animaux ne nous appartiennent pas et [que] nous n’avons pas à les utiliser pour nos vêtements » souligne qu’il est vital de prendre toutes les mesures nécessaires pour minimiser le risque d’une prochaine pandémie dévastatrice, et a une pétition appelant à mettre fin à production de fourrure en France. Pour plus d’information, rendez-vous sur PETAFrance.com.

 

#